Archives pour la catégorie Mes poêmes

Tendez votre arc de lumière

Tendez votre arc de lumière
Frères et soeurs de naguère
Regardez cette corde qui vibre,
Quand la flèche se libère.

Vous êtes capable de voir l’invisible !
La corde n’est plus qu’illusion pour les yeux.
Mais vous êtes dans le visible
Alors un conseil, imaginez vos cieux.

Ouvrez donc les yeux, c’est ce que vous cherchez
Il vous fallait l’image, maintenant vous l’avez
J’aurais du y penser qu’il était mal aisé
De voir ce qu’était, notre invisibilité

Pourtant nous sommes là prés de vous
Et nous n’attendons plus que vous
Pour que l’homme rejoigne l’esprit
C’est ce que nous avons appris

Amour et tristesse

C’était un chat noir
Qui regardait la nuit
C’était un chat noir
Qui regardait l’ennui

Mais il avait cru voir
Dans l’ombre de la nuit
Mais il avait cru voir
L’ombre de son amie

C’était son amie
Bien trop vite partie
Qui lui avait tout appris

Et il avait qu’une amie
C’était parfois sa mie
C’est à mourir d’ennui

Laurent

Ecouter son âme

Je commence à écouter mon âme
Elle avait une envie folle de causer avec moi.
Mais pourquoi cela donne-t-il le vague à l’âme
Quand on essaie de penser à soi.

La vie n’est elle faite que de mirages
Pour ne laisser voir que les pleurs
Mes yeux existent-il pour voir que des nuages
Pourtant ils voudraient voir les fleurs

Ah si j’avais les ailes d’un ange
Pour ne voir qu’avec mon cœur
Ah si j’étais devenu Michel-Ange
Ce serait les plus belles couleurs

Ecoutes donc ton âme
Elle est tout prés de toi
Et le vague à l’âme
S’ éloignera de toi

Laurent

Une larme du coeur

Une goutte de pluie tombe du ciel,
Et miroite dans la lumière du soleil
Elle touche la terre, donne aussi la vie,
Pour nous apporter un peu de paradis.

Une larme tombe de l’oeil,
Quand notre coeur est en deuil.
C’est parfois, aussi, ceci la vie…
Pour nous montrer ce que nous sommes ici.

Quand la larme se transforme en pluie du ciel,
Il est temps de mieux vivre ici dans l’eternel.
De voir que rien ne finit jamais ici bas,
Mais que tout se transforme dans l’au-delà.

Au-delà de nos peines il existe ceux que l’on aime,
Et cette chose, c’est parfois à travers nous même,
Qui renaissont dans ce doux stimuli,
Ce petit bruit que fait la goutte de pluie.

Lolo

Lettre à Sorihana

Toi mon bel ange venu d’ailleurs,
La mission de nos pères est un pur bonheur.
Au-delà des mots, au-delà des peurs,
Il ne doit rester pour les hommes que le mot bonheur.

Ton nom s‘écrit comme il s’entend,
Mais quelqu’un a-t-il déjà entendu le murmure d’un étang
Parler de toi au moment furtif du présent ?
Seul le cœur peut s’ouvrir à ce chant.

Tu es vivante, plus que vivante
Toi la bonté, toi la tendre servante
De cette grande énergie vivifiante,
Qui donne à la vie toutes les valeurs importantes.

Ton souvenir est enfoui au plus profond de moi-même,
La mémoire doit parfois s’ouvrir d’elle-même.
Mais les rêves ne sont ils pas les je t’aime
Entendu très loin dans notre nous même.

Toi mon bel ange venu d’ailleurs,
Rien ne peut égaler ton immense douceur.
Tu es là pour conjurer mes douleurs,
Et pour me faire voir la vie en couleur.

Laurent

Le blog de la procrastinati... |
BILAOGY |
LA GRANDE GUERRE 1914-1918 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | L'Avenir
| ksar-hellal"sacrifiee,abuse...
| Enjeu planeterre